Députée de la 2ème Circonscription de Seine et Marne
Ancien Maire de Nemours

Pour une reconnaissance des diplômes des orthophonistes

J’ai une nouvelle fois attiré l’attention de la ministre des Solidarités et de la Santé sur le mécontentement des orthophonistes salariés.

En effet, la réforme de 2013 reconnaissait, à juste titre, l’obtention d’un grade Master 2 après leur cinq années d’étude, mais le 9 août dernier le Ministère de la Santé a publié un décret reclassant les orthophonistes à des niveaux salariaux de Bac +3. Les orthophonistes réclament toujours une revalorisation de leur salaire. Leur grille de rémunération salariale nuit à l’attractivité de cette profession et accroît la désaffection des jeunes diplômés pour celle-ci.

Ainsi, la moyenne d’âge des orthophonistes salariés est nettement plus élevée, (56 ans), que celle du secteur libéral (43 ans). L’offre de soins en milieu hospitalier va rapidement s’en trouver mise à mal du fait de ce décalage et entraînera des conséquences graves en termes de parcours de soins, notamment en terme de prise en charge rapide après un AVC.

Aujourd’hui, les propositions du ministère relatives aux grilles salariales ne semblent pas en mesure de répondre à la demande des orthophonistes salariés puisque les indices proposés demeurent toujours très inférieurs à ceux d’autres professions à niveau Bac + 5 de la fonction publique.

C’est la raison pour laquelle, j’ai demandé au Gouvernement ce qu’il entend faire pour répondre à l’exaspération des orthophonistes.