Députée de la 2ème Circonscription de Seine et Marne
Ancien Maire de Nemours

Pour un armement des polices municipales des villes de plus de 10 000 hab

Le nombre de policiers municipaux ne cesse d’augmenter. En effet, selon le ministère de l’intérieur, il y avait 21 636 policiers municipaux sur l’ensemble du territoire en 2016, soit 3 % de plus qu’en 2015 (20 996) et 11 % de plus qu’en 2012 (19 479). Cette croissance démontre l’utilité incontestable des policiers municipaux dans le maintien de l’ordre public et du relationnel indispensable avec les habitants.

Seuls 40% d’entre eux sont équipés d’armes à feu alors que leurs missions ne cessent de se développer. Depuis les attentats djihadistes de 2015, leurs missions se sont par exemple élargies à la lutte anti-terroriste. Ils doivent faire face à des dangers protéiformes et de plus en plus nombreux.

Mais ils ne peuvent dans l’exercice de leur fonction, être confrontés à ces dangers et à cette violence sans pour autant pouvoir répondre de manière satisfaisante ni dissuader de manière efficace les délinquants et criminels de renoncer à leurs forfaits.

Ce sont les raisons pour lesquelles j’ai cosigné la proposition de loi de mon collègue Jean Carles GRELIER, député de la Sarthe, qui propose de rendre obligatoire l’armement des polices municipales.

Les policiers municipaux exercent incontestablement un métier à risque et sont des cibles privilégiées pour les terroristes, les criminels et les délinquants. Pensons à ces agents tués dans l’exercice de leur fonction, en particulier les policières municipales, Clarissa Jean-Philippe et Aurélie Fouquet.