Députée de la 2ème Circonscription de Seine et Marne
Ancien Maire de Nemours

Mon appel au Premier Ministre pour un soutien actif des assurances auprès de notre économie locale

La crise sanitaire sans précédent que traverse notre pays a conduit le Président de la République à prendre des mesures exceptionnelles de confinement. Ces mesures ont entrainé du jour au lendemain la fermeture des commerces ne répondant pas aux activités essentielles.

Aussi, l’État doit être au rendez-vous en supportant autant que possible le coût de cette mise à l’arrêt de ces activités. C’est dans ce sens que j’ai souhaité attirer l’ attention du Premier Ministre, sur la nécessité d’un partage de l’effort national entre les acteurs publics et privés. Cet exercice périlleux qui nous attend ne saurait être réalisé sans le soutien, en autre, du secteur privé des assurances.

Ainsi, l’absence de prise en charge de l’état de catastrophe sanitaire par les assurances place de facto l’État comme seul et unique rempart à la crise au moment où la solidarité devrait primer. 

Il est en effet de la responsabilité de l’Etat d’impliquer au maximum les assurances dans le soutien de notre activité économique locale.

Au vu de la situation dramatique que vivent aujourd’hui nos petits commerces et artisans, il est important qu’une discussion s’engage avec la Fédération Française des Assurances (FFA) afin que l’état de catastrophe sanitaire puisse être intégré dans les critères d’indemnisation de ces commerçants et artisans. La Caisse Centrale de Réassurance (CCR) doit pouvoir jouer son rôle d’amortisseur financier auprès des compagnies d’assurance.

Députée – Maire de Nemours jusqu’en 2017, j’ai connu les importantes inondations de 2016 et le classement des nombreuses communes de mon territoire en catastrophe naturelle a permis d’accompagner financièrement nos commerçants et artisans face à des pertes d’exploitation très importantes. En effet, sans ce dispositif, de nombreuses activités locales auraient mis la clé sous la porte.

L’inquiétude des élus de voir de nombreux pans de l’activité de proximité s’effondrer est grande sur le territoire national. Les compagnies d’assurance et la Caisse Centrale d’Assurance doivent être au côté de l’Etat dans cette épreuve inédite.

J’ai donc demandé au Premier Ministre, de mettre toute sa force de persuasion pour que cet acteur privé prenne une part encore plus importante dans cette solidarité nationale incontournable pour sauver l’économie locale.