Députée de la 2ème Circonscription de Seine et Marne
Ancien Maire de Nemours

Le Gouvernement sacrifie l’avenir en finançant les baisses d’impôt par la dette !

Cet après-midi, nous devions nous prononcer sur la première partie du Projet de loi de finances 2020. Et j’ai voté Contre comme mes collègues et l’ensemble des groupes d’oppositions.

Quelques explications à savoir :

–  L’année 2018, s’était traduite par la hausse massive de la CSG et l’augmentation brutale des taxes sur les carburants, faisant subir aux Français une perte de pouvoir d’achat de 4,5Mds€.

–  L’année 2019 se caractérisait par la désindexation de l’ensemble des pensions de retraites sur l’inflation. Du fait de cette seule décision, le niveau des pensions augmente désormais 4 fois moins vite que les prix à la consommation, entraînant un appauvrissement mécanique des retraités. Inadmissible. 

–  Ce budget 2020 marque, à mi-mandat, un revirement complet du Gouvernement contraint de revenir sur ses hausses d’impôts extrêmement injustes, sous la pression d’une crise sociale sans précédent. Néanmoins, les baisses d’impôts annoncées sont financées par la dette et les déficits dont les Français devront s’acquitter tôt ou tard. 

Aujourd’hui, le Gouvernement renonce à tous ses engagements en termes de maîtrise de la dépense publique :

+20 Md€ de dépenses publiques en 2020 (+70 Mds€ depuis l’élection d’E. Macron).

+50 Md€ de dette en 2019 

+25 Md€ de déficit de l’État depuis l’élection d’E.Macron

 Sans baisse de la dépense publique, les baisses d’impôt sont illusoires et non durables !

Dans ces conditions et sans efforts consentis, nous ne pouvions approuver en l’état cette proposition de budget PLF2020, 1ère partie.