Députée de la 2ème Circonscription de Seine et Marne
Ancien Maire de Nemours

En direct de l’hémicycle: comment financer la loi Mobilités ?

Après l’échec de la Commission mixte paritaire (CMP) en juillet faute d’accord sur le financement de cette mobilité, un nouvel examen a débuté cet après-midi lors de l’ouverture de la session extraordinaire à l’Assemblée nationale. Oratrice pour le groupe les Républicains avec mon collègue, Jean-Marie Sermier, j’ai interpellé le Secrétaire d’État aux Transports, Jean-Baptiste Djebbari, sur le point épineux du financement de cette loi.

Le groupe LR propose une solution simple et efficace pour répondre au besoin de la mobilité : un meilleur fléchage de la taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques – TICPE !

Alors que cet impôt payé par les contribuables en possession d’un véhicule rapportera cette année 37 milliards d’euros, pourquoi seulement 1,2 milliard sont-ils fléchés pour l’agence de financement des transports – AFITF ?

Comment expliquer qu’une tarification spéciale soit accordée aux étrangers en situation irrégulière bénéficiant de l’Aide Médicale d’État ?

Que dire aux français ou aux étrangers en situation Régulière qui travaillent dans notre pays, qu’une réduction tarifaire dans les transports est accordée aux étrangers en situation Irrégulière bénéficiant de l’Aide Médicale d’État -AME ?

Au-delà de ces interrogations, le retour aux 90km/h sur les routes secondaires est un vrai cafouillage. Des instructions données par le Conseil national de la sécurité routière – CNSR, sont trop lourdes.

Patrick Septiers, Président du Conseil départemental de Seine-et-Marne juge inapplicable la mise en œuvre du retour de certains axes à 90km/h.

Arrêtons de faire payer aux territoires ruraux la politique gouvernementale de l’anti-voiture !

Retrouvez mon intervention:

https://dai.ly/x7ktlz2