Députée de la 2ème Circonscription de Seine et Marne
Ancien Maire de Nemours

Emploi et développement des filières d’apprentissage

J’ai attiré l’attention de Mme la ministre du travail sur l’évolution de l’emploi dans le secteur industriel des prochaines années. La France connaît depuis de nombreuses années un décrochage industriel. Les chiffres sont accablants : perte de 30 % de parts de marché en quinze ans en matière d’exportations de produits industriels ; richesse industrielle deux fois moindre qu’en Allemagne en points de PIB ; différentiel de 73 milliards avec ce pays pour les taxes sur la production, en notre défaveur bien sûr ; retard d’investissement dans la robotique de 40 % par rapport aux pays voisins. Cependant, depuis le quatrième trimestre de 2017, et pour la première fois depuis 1999, l’industrie française a recommencé à créer des emplois. Cette situation témoigne du regain d’activité et de performances de notre industrie sur les marchés, et elle amène les industriels à se préoccuper davantage des difficultés de production que de la demande. Ils font ainsi face à un réel problème d’embauche, lequel risque de s’aggraver face à des exigences techniques toujours plus pointues. Le taux de chômage, en France, stagne autour des 9 %. Les jeunes sont tout particulièrement touchés, 100 000 d’entre eux sortant du système scolaire sans diplôme ou sans qualification : ce sont ainsi 10 % d’une génération qui n’obtiennent ni le bac ni le certificat d’aptitude professionnelle – CAP. L’apprentissage doit être développé et encouragé, car il permet une insertion efficace des jeunes dans l’emploi. Il permet également de répondre plus précisément aux besoins des entreprises en main-d’œuvre qualifiée, contribuant ainsi à la compétitivité de ces dernières. Pourtant, entre 25 et 30% des entreprises industrielles ont des postes à pourvoir car l’industrie souffre d’une image dévalorisée alors que l’évolution des méthodes et technologies de production sont exceptionnelles et très rapides. En Seine-et-Marne un peu plus de 35% des 9338 apprentis le sont dans le secteur industriel. Cependant des postes restent encore à pourvoir. J’aimerais donc savoir quelles dispositions le Gouvernement compte-t-il prendre pour revaloriser l’apprentissage comme une voie d’excellence pour la formation et l’accès à l’emploi dans le secteur industriel ?