Députée de la 2ème Circonscription de Seine et Marne
Ancien Maire de Nemours

Emmanuel Macron ne prend pas la mesure des difficultés des agriculteurs

En visite au Salon international de l’agriculture, j’ai longuement échangé avec les représentants de la Chambre d’agriculture de Seine-et-Marne, les Jeunes agriculteurs, Cyril Millard, Président de la FDSEA,…des céréaliers, éleveurs, maraichers qui ont tous été unanimes pour souligner les difficultés croissantes qu’ils rencontrent aujourd’hui.

L’agriculture française continue de traverser une crise sans précédent. Selon la Mutualité sociale agricole, 1 agriculteur sur 3 a un revenu mensuel inférieur à 350 € par mois ! Les agriculteurs ne demandent pas des primes, mais de vivre dignement de leur travail. Il est urgent de sauver notre agriculture, de protéger notre indépendance et notre sécurité alimentaires.

• La baisse programmée des aides européennes aux agriculteurs

Emmanuel Macron tient un double discours sur la baisse massive des aides européennes aux agriculteurs qui se prépare (jusqu’à – 15% à partir de 2021). Le Commissaire européen en charge du budget avait révélé en mai dernier que « la position française a toujours été de réduire le budget ». Or, le gouvernement prétend s’opposer à la baisse de la politique agricole commune. Mais il n’a pas défendu son budget à Bruxelles. Les agriculteurs paieront le prix de ces mensonges, dénonçait Laurent Wauquiez lors de sa visite ce mardi à la région Auvergne-Rhône Alpes.

Marine Le Pen et Nicolas Dupont-Aignan proposent quant à eux la destruction de la politique agricole commune, ce qui serait une catastrophe pour l’agriculture française ; Emmanuel Macron accepte tacitement la baisse du budget la PAC. Nous, les Républicains, nous défendons nos agriculteurs !

• L’échec de la loi alimentation : les agriculteurs doivent vivre de leur travail

Emmanuel Macron vante le bilan de sa loi Alimentation, mais « il n’y a pas un centime de ces négociations qui a bénéficié à nos agriculteurs, depuis la loi » selon Jérémy Decercle, le président des Jeunes Agriculteurs.  Cette loi était censée augmenter le revenu des agriculteurs sans frapper le consommateur. Résultat : les prix de l’alimentation continuent d’augmenter (+ 3% en un an, + 8% sur les produits frais) et les agriculteurs n’y ont presque rien gagné. Comme sur beaucoup de sujets, les montagnes d’Emmanuel Macron accouchent de souris.

• Trop de taxes, trop de normes

Déjà accablés par la fiscalité et les normes (notamment à cause de la surtransposition des directives européennes), les agriculteurs ont subi en 2018 une hausse massive de charges sociales. Le gouvernement a augmenté les cotisations AMEXA pour tous les agriculteurs non-salariés gagnant plus de 720 euros par mois. Pour un agriculteur qui touche 1 350 euros par mois, cela représente une perte de pouvoir d’achat de 340 euros par an. Comme beaucoup de Français et beaucoup d’entrepreneurs, les agriculteurs sont accablés par les impôts et les normes.• Les éleveurs démunis face à la prolifération des loups

• Stop à « l’agribashing » des ayatollahs verts

Enfin, face à « l’agribashing », notamment aux attaques des extrémistes vegan et à la propagande d’ayatollahs verts, nous devons défendre nos agriculteurs. Ces derniers mois, plus de cinquante boucheries ont été saccagées, à coups de jets de pierres ou de tags par des militants « antispécistes ». Nous devons être implacables face à ces extrémistes et défendre nos agriculteurs, trop souvent caricaturés par les écologistes alors qu’ils ont dans leur immense majorité le souci de l’environnement et du bien-être animal.

Rencontre avec la FNSEA, la Chambre d’agriculture, les Jeunes agriculteurs de Seine-et-Marne, les Conseillers départementaux et régionaux…
Table ronde sur l’emploi des pesticides et les directives européennes avec Arnaud Rousseau, Président du Conseil d’administration du Groupe Avril (filières huiles et protéines)
Avec Laurent Wauquiez aux stands de la Région Auvergne Rhône Alpes
Avec mon collègue Jean-Louis Thiériot, Arnaud Rousseau (Groupe Avril) et Guillaume Lefort, agriculteur à Arville et Président d’Agri’avenir
Table ronde organisée par INTERBEV sur l’élevage en Ile de France
Intronisations dans l’ordre de la confrérie du Brie de Meaux au stand du Département de Seine-et-Marne
Rencontre avec l’ancien Ministre Dominique Bussereau, Président de l’Assemblée des départements de France