Députée de la 2ème Circonscription de Seine et Marne
Ancien Maire de Nemours

Proposition de résolution tendant à s’opposer à toute négociation pouvant entrainer l’adhésion de la Turquie à l’UE

ue-carteL’Union européenne est confrontée au défi sans précédent posé par la crise des migrants, la remise en cause de la libre circulation des personnes au sein de l’Espace Schengen et l’édification de nouveaux murs entre les États européens, mettant fin à plusieurs dizaines d’années d’un processus visant à l’unification du Vieux Continent.

Face à ce défi, l’Union européenne n’a pas pris les décisions nécessaires à la sauvegarde des intérêts des citoyens européens, aux premiers rangs desquels figure leur sécurité.

Dans le même temps, l’Union européenne est sur le point de sceller un accord historique avec la Turquie rendant à nouveau possible son adhésion en échange de la gestion de l’afflux de réfugiés syriens. La Turquie consent à accueillir des réfugiés syriens sur son sol n’ayant pas trouvé asile dans l’un des pays de l’Union européenne, sur la base notamment d’un financement par l’Union européenne d’un fonds de soutien de 3 milliards d’euros. Les conditions de discussion de l’accord, directement entre l’Allemagne et la Turquie, ont mis les autres États membres devant le fait accompli. Surtout, contrairement à la position réaffirmée régulièrement par la France, l’accord relance le processus d’adhésion de la Turquie à l’Union européenne.

Dans toute cette négociation, la France a été marginalisée et ignorée. Elle est désormais placée devant le fait accompli. Cette situation est inacceptable et contraire au principe même de la construction européenne qui doit avancer sur la base du couple franco-allemand.

Les liens culturels, historiques, économiques et militaires qui nous unissent à la Turquie doivent nous permettre de lui offrir  une relation spécifique avec l’Union européenne. Mais la crise des migrants ne peut être le prétexte à une éventuelle adhésion de la Turquie à l’Union européenne.
Aussi, j’ai souhaité cosigner cette proposition de résolution de mon collègue Bruno Le MAIRE, député de l’Eure qui s’oppose à toute négociation entre l’Union européenne et la Turquie qui pourrait avoir pour effet d’aboutir à son adhésion.