Députée de la 2ème Circonscription de Seine et Marne
Ancien Maire de Nemours

Les conséquences de la politique familiale du Gouvernement

J’ai adressé une question écrite à la ministre des Solidarités et de la Santé sur les conséquences de la politique familiale du Gouvernement. Le candidat Macron avait promis de ne pas toucher aux prestations familiales qui ont trop souvent été la variable d’ajustement des précédents budgets.

Le PLFSS prévoit pour l’année 2018, 70 millions d’euros d’économies sur la branche famille. Les familles bénéficiaires de la prestation d’accueil du jeune enfant (PAJE) vont diminuer de 10 %, celles qui en bénéficient vont voir le montant de cette prestation diminuer.

Même si la hausse du complément du mode de garde (CMG) pour les familles monoparentales a été confirmée, seuls les foyers monoparentaux avec un revenu annuel en dessous de 35 000 euros verront leurs aides augmenter.
Dans tous les autre cas les familles seront perdantes. Après la baisse du quotient familial, et les fortes augmentations d’impôts du quinquennat précédent, ce coup de rabot sur le dos des familles est un nouveau coup dur pour les classes moyennes.

C’est pourquoi j’ai interpellé la Ministre sur ces deux sujets, la détresse des classes moyennes où le sentiment de déclassement est de plus en plus fort et le désarroi des familles qui se sentent lésées et qui ont le sentiment de faire des efforts financiers plus importants que les autres contribuables.J’ai demandé à la Ministre la feuille de route du Gouvernement concernant les familles des classes moyennes.