Députée de la 2ème Circonscription de Seine et Marne
Ancien Maire de Nemours

Loi de finances 2018 : des promesses démagogiques et des tours de passe-passe.

Depuis maintenant quelques jours les députés examinent le projet de loi de finances pour l’année 2018. Ce texte, extrêmement important, décide des orientations budgétaires du pays.  En tant que membre de la commission des finances, je suis particulièrement de près son avancée.

Premièrement, ce premier budget du quinquennat Macron a quelque chose d’absurde dans le sens où il augmente certains points de la fiscalité pour en baisser d’un autre côté, le tout pour arriver à ne pas faire d’économie et d’augmenter la dette publique de 83 milliards d’euros.

Pour financer ces promesses de campagne Emmanuel Macron oblige l’Etat à trouver de nouvelles recettes, c’est par exemple le cas de sa promesse de supprimer la taxe d’habitation pour 80% des Français. En plus de concentrer toujours plus l’impôt sur les 20% de contribuables qui payent déjà 70% des impôts à eux seuls, le gouvernement compense ce manque à gagner pour les collectivités par une nouvelle dotation qui sera financée par l’augmentation de la CSG. Curieux calcul. Cette réforme entraine une complexification du système où le contribuable paiera à la place… du contribuable.

Ces tours de passe-passe obligent le gouvernement à s’en prendre, une fois de plus, au portefeuille des classes moyennes qui vont subir de plein fouet la hausse de la fiscalité prévue par le gouvernement. J’ai déposé plusieurs amendements pour essayer de retrouver un certain bon sens.

Deux mesures me semblent particulièrement injuste. La première est l’augmentation des taxes sur l’essence et le diesel qui vont conduire à une hausse de 10% du prix et ce en espérant que le prix du baril de pétrole n’augmente pas. Sans proposer de solutions alternatives ce sont encore les ruraux, dépourvus de transports en commun fiables et qui doivent faire plusieurs dizaines de kilomètres pour aller au travail qui vont subir de plein fouet cette hausse injustifiée.

L’augmentation de la CSG est un véritable hold-up sur les retraités et sur les salariés. Les retraités qui gagnent plus de 1300€ net par mois vont subir une perte nette de revenu. Encore une fois le Président est en déconnection totale avec la réalité des personnes les plus fragiles. Avec mes collègues du groupe Les Républicains nous avons déposé plusieurs amendements pour revenir sur ces projets.

Dans un esprit de proposition et de construction nous avons aussi déposé des amendements pour rectifier le tir. Nous demandons la défiscalisation des heures supplémentaires, comme cela avait été fait en 2007, mais aussi une fiscalité adaptée pour les personnes qui achètent des voitures plus propres au Gaz naturel ou au biométhane, ou encore un retour à des barèmes plus avantageux concernant le quotient familial. Par ailleurs nous demandons la suppression pure et simple de l’ISF et à minima que la résidence principal sorte du calcul de l’ISF.

Retrouvez mes principales interventions dans l’hémicycle :